Le Sanctuaire

Sanctuaire Notre Dame de Fresneau

Plus de mille d’histoire à travers les siècles

Le 14 mars 1334, Aymar de Poitier, seigneur de Marsanne cédait aux habitants de la commune la montagne de Fresneau avec sa forêt et ses pâturages. Fresneau, ce nom désigne le ruisseau qui court au pied de la fontaine, dite miraculeuse.

Ce qu’on appelle la légende de Fresneau nous donne la raison d’être du pèlerinage. Légende, du latin « légenda » signifie doit être lu. Pensons aux légendes des photos et journaux et aux inscriptions des médailles ou pièces de monnaie !

Un ouvrier tailleur de pierres allait tous les matins dans la montagne de Fresneau, en laissant seule sa fille unique, aveugle de naissance. La Tradition dit que cette enfant était très pieuse et s’adressait tous les jours à Notre Dame de la Consolation : elle lui demandait la vue, pour pouvoir aider son vieux père.

Chaque fin d’après-midi, elle s’asseyait au pied d’un hêtre pour méditer et prier. Des jours et des jours passèrent et un jour elle s’endormit là. Dans son sommeil elle crut entendre la Vierge lui dire : « Ma fille, construis-moi une petite chapelle en ce lieu et tu auras la vue ». Une deuxième vision la décida à en parler à son père, qui n’eut aucun égard à sa demande. Elle continua à prier en pleurant à Fresneau. Elle en parla à un prêtre, qui lui conseilla la patience…

Quelques jours après, le tailleur de pierres reçoit la commande d’un bénitier neuf pour l’église du village. L’objet terminé, il le porte à l’église et se retire… Le lendemain matin, comme il était retourné à la carrière près de la source Notre Dame du Bon Secours, il aperçut le bénitier, qu’il était sûr d’avoir déposé dans l’église. Il le transporte à nouveau à l’église ; mais de jour en jour le phénomène se reproduit… Tout le monde crie au miracle ! Alors la petite aveugle annonce qu’elle serait guérie si son père construisait un oratoire là où le bénitier était revenu. Le père est ému et construit l’oratoire au lieu-dit, car sa fille s’étant lavé les yeux à la source avait recouvert la vue. Mais ce n’est pas comme à Lourdes ! Il n’y a pas eu de nouvelle source, c’était la fontaine connue de tous les habitants.