Édito

Le froid se fait plus vif, les joues et le nez rougissent sous la morsure du vent ; les écharpes, bonnets et gants sont de sortie, comme les chaussures fourrées. Nous préférerions rester sous la couette, ou devant le feu, plutôt que d’affronter les rigueurs de l’hiver ! Après tout, rien de plus normal car nous faisons partie de la nature et nous en subissons les lois. Certains animaux n’hibernent-ils pas et les végétaux aussi, à leur façon en se refermant sur eux-mêmes ; les feuilles tombent et la sève descend, circulant moins vite pour économiser l’énergie. Pourquoi n’en ferions-nous pas autant ? Pourquoi ne pas profiter de cette période pour prendre le temps de lire, de méditer,  d’approfondir notre cœur à cœur avec Celui de qui nous tenons la vie,  en pratiquant la lecture amoureuse de la Parole de Dieu qui est Vie ? De contempler aussi. ..

Qui n’a pas fait l’expérience  de s’émerveiller devant ces flocons blancs, immaculés  qui virevoltent et dansent en tombant du ciel et habillent le paysage d’une lumière particulière ? Le silence qui l’accompagne nous procure une douce paix intérieure.

Je nous souhaite à tous de refaire provision d’énergie pour qu’éclose, au printemps, cette force de vie qui nous pousse (comme les feuilles) à donner le meilleur de nous-même dans l’amour et le service (à Notre-Dame de Fresneau par exemple !).

Véronique Breysse