Bonjour à vous tous, amis de Fresneau

Bonjour à vous tous, amis de Fresneau

Depuis le début du confinement, j’ai eu la joie de rencontrer quelques-uns d’entre vous, très peu en vérité. Ils sont venus, en promenant, pour prier et allumer quelques lumignons dans un sanctuaire. Je vous avoue qu’il me tarde de vous rencontrer beaucoup plus nombreux après le 11 mai et après le 2 juin, si à cette date on peut reprendre les offices.

Aujourd’hui, je voudrais vous dire deux choses :

D’abord, ce temps de confinement peut vous paraître très éprouvant ; il est pourtant plus utile que ce que l’on croit généralement. Bien sûr, il est utile pour la santé des autres et pour nous-mêmes. Il est utile aussi parce que l’adversité a l’avantage de nous révéler à nous-mêmes tels que nous sommes. Dis-nous comment tu réagis et je te dirai qui tu es en profondeur. Un temps de confinement peut favoriser en nous la prière intérieure. Ceci est très important ! Ou encore l’occasion de lire des livres sérieux, d’entendre de belles émissions RCF, de voir de belles émissions sur KTO, regarder régulièrement le site du diocèse et même d’évangéliser quelqu’un. C’est l’histoire de ce diacre Philippe que le Seigneur a envoyé sur la route déserte qui va de Jérusalem à Gaza. Avouez que c’est une drôle d’idée ! Sauf que quand arrive Philippe, passe un éthiopien. Pas deux ! Un ! Il a pu lui parler de Jésus, le baptiser. Ça a été le premier chrétien d’Éthiopie. Inattendu !  Le christianisme arrive en Éthiopie peu après Pentecôte.

Deuxième point : il n’y aura pas de rassemblement d’Église à Pentecôte le 31 mai. Mais l’événement de Pentecôte, c’est-à-dire la descente du Saint-Esprit n’est pas arrivé une fois pour toute jadis à Jérusalem. Le Saint-Esprit ne se laisse pas circonscrire dans un lieu et un temps. Le Saint-Esprit ne cesse d’être donné à l’Église, à ceux qui le demande et qui l’accueillent avec foi. On m’a rapporté qu’un prêtre de Dunkerque fait des heures de tête-à-tête chaque semaine au téléphone et il trouve qu’il n’a jamais eu d’aussi belles conversations téléphoniques. Il y a des cœurs brûlants ! Alors demandons l’Esprit-Saint pour les prêtres et pour chacun de nous. Qu’Il nous transforme !

À bientôt les amis !
Père Raymond Peyret